Hors de la cage

À travers un portrait de Lucien Léger, Didier Martiny entame une réflexion sur les longues peines.

En juillet 1964, Lucien Léger est arrêté, incarcéré et jugé pour le meurtre d'un enfant. Il a 27 ans. Le crime ébranle l'opinion publique. La foule réclame sa tête. «~L'étrangleur~», comme il s'est lui-même surnommé dans ses lettres, devient l'ennemi public numéro un. En mai 1966, défendu par Albert Naud, il est condamné à la réclusion criminelle à perpétuité. Il passe quarante et un ans et trois mois derrière les barreaux. C'est la plus longue peine jamais effectuée en France. Après quatorze demandes…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents