Krajcberg, le feu intérieur

L’artiste brésilien récupère des bois brûlés pour en faire des sculptures. Une œuvre qu’il définit comme un manifeste pour sauver la nature.

De dos, c'est une silhouette frêle et légère, un peu tassée, grisonnante, coiffée d'une éternelle casquette. De face, une paire d'yeux incandescents. « Après un XX e siècle barbare où l'homme a massacré l'homme, il a retourné sa violence contre la nature et la vie. Si l'artiste et l'esthétique ne témoignent pas des réalités de notre époque, à quoi servent-ils ? » À 86 ans, Frans Krajcberg fulmine plus que jamais. Sculpteur, plasticien, photographe, l'artiste brésilien exposait fin septembre à l'ambassade…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Clandestin malgré lui

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents