La loi des Marcheurs

« Nous ne pouvons pas demander un moratoire dans l'attente d'une "bonne" loi en nous désintéressant de son contenu. » Près de 800 personnes (et la presse quasi absente), samedi 13 à l'université Paris-VIII, ont ainsi débattu avec des marcheurs anti-OGM de propositions pour le gouvernement. Mais Gilles Lemaire (Verts), Michel Dupont (Confédération paysanne) et José Bové ont prévenu : si le Grenelle de l'environnement (25 octobre) n'adopte pas de moratoire auparavant, une quinzaine de personnes…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents