Le pouvoir de la gauche…

Le respect de la volonté populaire exprimée le 29 mai 2005 est entre les mains des députés et des sénateurs de la gauche. Sans eux, Nicolas Sarkozy n’a pas de majorité pour faire passer en force le nouveau traité.

Ils ne l'attendaient pas si vite. Les vainqueurs du « non » de gauche au référendum du 29 mai 2005 sur le traité constitutionnel européen ont été pris de court. Encore sonnés par leur échec à l'élection présidentielle, ils n'imaginaient pas que les chefs d'État et de gouvernement s'entendraient aussi vite sur un nouveau traité européen. Surpris par la procédure éclair qui a permis d'aboutir, dès le 2 octobre, à un accord entre experts sur le texte d'un traité modificatif, ils s'apprêtent à rendre public, à…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.