L'heure de résister

L'action syndicale, de nos jours, a plutôt mauvaise presse, et pas seulement parce que certaines centrales auraient profité des largesses des patrons de l'UIMM 1 ce qui reste d'ailleurs à démontrer. On lui reproche surtout d'avoir pour objectif moins de conquérir que de défendre, moins de réformer que de sauvegarder. Ce qui jadis avait été acquis si âprement aujourd'hui se délite. Il faut donc s'accrocher, préserver, et ­ n'ayons pas peur des mots ­ conserver. Un grand philosophe allemand du XIXe siècle,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents