« Liberté et fragilité »

Dans « Retour en Normandie », Nicolas Philibert retrouve les personnes qui ont joué dans « Moi, Pierre Rivière… », de René Allio. Il explique ce choix, évoque l’œuvre d’Allio et livre sa profession de foi de cinéaste.

Christophe Kantcheff  • 4 octobre 2007 abonné·es
Retour en Normandie* revient sur Moi, Pierre Rivière, ayant égorgé ma mère, ma soeur et mon frère [^2], que René Allio a tourné en 1975, et sur lequel, avec Gérard Mordillat [^3], vous étiez assistant-réalisateur. Retour en Normandie est donc un film réflexif, un film sur le cinéma. Pourquoi être allé dans cette direction-là ?**

Nicolas Philibert : Ce Retour en Normandie , c'est aussi un retour sur moi-même. J'ai eu envie, non pas de faire un bilan, mais de revenir sur une expérience très forte, presque fondatrice, tant sur le plan humain que cinématographique. Moins sur le tournage, d'ailleurs, que sur sa préparation, ces trois mois durant lesquels nous avons sillonné le bocage normand pour trouver les « acteurs », les décors, les figurants. Pour sensibiliser les gens à ce projet et les

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Culture
Temps de lecture : 7 minutes