UGC contre le Méliès

C'est le pot de fer contre le pot de terre, version contemporaine. C'est-à-dire ultracynique. De la même manière qu'Hollywood tentait de faire croire, au moment du combat sur l'exception culturelle, que celle-ci allait terrasser son cinéma, le groupe UGC, deuxième exploitant de cinéma en France, s'en prend à un certain nombre de salles, le plus souvent municipales, au motif qu'elles contreviendraient aux règles de la libre concurrence. La plus en vue est le Méliès à Montreuil (Seine-Saint-Denis), parce…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents