Comme un retour à l’URSS

Les élections législatives de dimanche sont l’occasion d’une traque de tous les opposants. Notre envoyé spécial Claude-Marie Vadrot a vu le système Poutine en action. Reportage.

Désormais, il est impossible de descendre déjeuner au sous-sol de la Maison des journalistes de Moscou, ou d'y rencontrer un opposant à Vladimir Poutine. Sur la porte, surveillée par un policier, un écriteau : « Zakrit » (« Fermé »). Il y a quelques jours, les pompiers ont déclaré le bâtiment dangereux pour la sécurité et décrété sa fermeture. La veille, la police était venue vérifier les comptes. C'est la première fois depuis sa création, il y a soixante-quinze ans, que ce havre journalistique est ainsi…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.