Intellectuels dans l’air du temps

Des intellectuels « médiatiques » et des journalistes affichent leur soutien aux dogmes néolibéraux. Du dénigrement de la grève de 1995 à la défense du oui au traité européen, petite revue des révérences de l’idéologie dominante.

Olivier Doubre  • 8 novembre 2007 abonné·es

Souvent présentée comme naturelle ou de «~bon sens~», la promotion du néolibéralisme en matière économique (avec parfois en parallèle un conservatisme autoritaire en matière politique ou de moeurs) constitue l'objet de nombre de discours de nos intellectuels «~médiatiques~» nationaux. Sans être exhaustif, quelques noms suffisent à renseigner sur la catégorie~: Bernard-Henri Lévy, André Glucksmann, Jacques Marseille, Elie Cohen, etc. Un petit groupe de personnes qui parvient à occuper de façon quasi ininterrompue presse écrite, radios et télévisions par de multiples interventions (livres, articles, chroniques, participations à des talk shows ). Cette caractéristique du «~paysage

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Politique
Temps de lecture : 6 minutes