La cité de la seconde chance

La Cité André-Jacomet accueille des sans-abris. Du fait de la nouvelle loi,
les hébergés peuvent désormais rester le temps qu’ils veulent. Reportage.

Dix-neuf heures : la nuit est particulièrement froide, ce soir de novembre. Peu de gens déambulent sur les trottoirs sombres du boulevard Ney, à l'extrême nord de la capitale. Quelques personnes fument devant la porte éclairée du n° 17. Comme dans tous les lieux recevant du public, la Cité André-Jacomet (du nom de son fondateur, ancien vice-président du Secours catholique) est, depuis le 1er février 2007, un espace non-fumeur. Le directeur, Luc Monti, est encore dans son bureau à cette heure tardive. Il…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.