Le PS refuse de s’opposer

Le traité européen de Lisbonne divise les socialistes. Mais Solferino a déjà décidé de « laisser passer le texte », oubliant ses promesses électorales en faveur d’une ratification référendaire, et de « respect de la volonté populaire ».

Michel Soudais  • 1 novembre 2007 abonné·es

L'opposition ne s'opposera pas. Telle est la « bonne nouvelle » que François Hollande est venu porter lui-même à Nicolas Sarkozy, lundi matin. « Nous ne nous opposerons pas à ce traité parce qu'il permet, même s'il est très compliqué [...], de sortir l'Europe de l'impasse » , a déclaré le Premier secrétaire du PS, à l'issue de cet entretien de près d'une heure avec le président de la République. « Nous aurons un choix responsable et européen. » À entendre les déclarations des responsables socialistes, le PS n'aurait le choix qu'entre un « oui critique » et une abstention matinée de protestation stérile. Une alternative qui résume bien les choix auxquelles la social-démocratie agonisante est réduite : accompagner le

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Politique
Temps de lecture : 7 minutes