Le PS refuse de s’opposer

Le traité européen de Lisbonne divise les socialistes. Mais Solferino a déjà décidé de « laisser passer le texte », oubliant ses promesses électorales en faveur d’une ratification référendaire, et de « respect de la volonté populaire ».

Michel Soudais  • 1 novembre 2007 abonné·es

L'opposition ne s'opposera pas. Telle est la « bonne nouvelle » que François Hollande est venu porter lui-même à Nicolas Sarkozy, lundi matin. « Nous ne nous opposerons pas à ce traité parce qu'il permet, même s'il est très compliqué [...], de sortir l'Europe de l'impasse » , a déclaré le Premier secrétaire du PS, à l'issue de cet entretien de près d'une heure avec le président de la République. « Nous aurons un choix responsable et européen. » À entendre les déclarations des responsables socialistes, le PS n'aurait le choix qu'entre un « oui critique » et une abstention matinée de protestation stérile. Une alternative qui résume bien les choix auxquelles la social-démocratie agonisante est réduite : accompagner le mouvement ou laisser-faire.

François Hollande arrive à l’Élysée, lundi matin, pour s’entretenir avec le Président sur le traité. FEFERBERG/AFP

« De toute manière, nous laisserons passer le texte » , certifiait François Hollande, lundi matin, sur France 2, avant de se rendre à l'Élysée. Non sans préciser qu'à titre personnel il voterait « oui », en rappelant qu'il avait été « l'un des artisans du "oui" il y a deux ans » lors du référendum constitutionnel de 2005, où le « non » l'avait emporté en France. En assurant aussi que les socialistes étaient « majoritairement pour voter ce texte » .

Ainsi, avant même que se tienne la réunion du bureau national censée décider de la position des socialistes sur le traité modificatif de Lisbonne, la position du PS est déjà arrêtée. Sans débat.

Après l'adoption du traité modificatif

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Politique
Temps de lecture : 7 minutes

Pour aller plus loin…

Génération·s : derrière la crise, la main de LFI ?
Politique 23 février 2024

Génération·s : derrière la crise, la main de LFI ?

Le petit parti fondé par Benoît Hamon, tiraillé entre plusieurs options pour les européennes, vient de désapprouver ses deux dirigeants nationaux, Léa Filoche et Arash Saeidi. Des membres les accusent d’avoir tenté un « coup de force ».
Par Lucas Sarafian
Face au RN, les contradictions de la Macronie
Analyse 21 février 2024

Face au RN, les contradictions de la Macronie

Au sein de la coalition présidentielle, les positions sont très floues sur l’attitude à adopter face à la formation de Marine Le Pen. Les erreurs et les « fautes » sur le sujet rendent la ligne macroniste illisible et inconséquente face à la progression de l’extrême droite dans le pays.
Par Lucas Sarafian
La difficile résistance d’une certaine idée du communisme municipal
Analyse 21 février 2024 abonné·es

La difficile résistance d’une certaine idée du communisme municipal

En 2021, le maire PCF de Grigny, Philippe Rio, remportait le titre de meilleur maire du monde. Cette année, c’est la maire communiste de Graz – la deuxième ville d’Autriche –, Elke Kahr, qui remporte le titre. Le communisme municipal a-t-il de beaux jours devant lui ?
Par Lucas Sarafian
Accusée d’être hors de « l’arc républicain », la France insoumise veut jouer bloc contre bloc
Analyse 19 février 2024

Accusée d’être hors de « l’arc républicain », la France insoumise veut jouer bloc contre bloc

Marginalisé par les troupes macronistes, le mouvement mélenchoniste refuse de revoir sa stratégie de la conflictualité. Les plus unionistes des ex-alliés de la Nupes tentent de déconstruire le récit du gouvernement et de la majorité. Mais le bruit et la fureur sont toujours d’actualité.
Par Lucas Sarafian