Les toits de Paris

En France, en 2003, la canicule a entraîné la mort de 15 000 personnes supplémentaires. 15 000 personnes dont une partie ont décliné seules, sans soins, sans assistance... Pour ceux qui auraient oublié ce drame, Hiner Saleem se charge de donner un visage à des victimes isolées. Isolées comme sous les toits de Paris, dans ces immeubles haussmanniens où les rares chambres de bonnes non transformées en duplex abritent des papis qui peinent à gravir les escaliers jusqu'à leur tanière, ou des jeunes paumés. Des…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Grève du 13 janvier dans l’Éducation nationale : dans le cortège, le malaise est partout

Sur le vif accès libre
par et ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.