Petit Who’s who syndical

Les divisions entre syndicats relèvent des différentes stratégies adoptées pour faire face à un engagement faible et à l’absence de relais au niveau politique.

La CFDT « réformiste et impatiente ! » C'est la stratégie de la CFDT depuis le début des années 1980. Face à une désyndicalisation importante et à l'expérience Mitterrand, qui confirme aux yeux de la CFDT l'illusion des débouchés politiques, le syndicat s'engage dans « un syndicalisme de transformations sociales négociées, alternative au syndicalisme du refus de la CGT » . En 1995, Nicole Notat avait déjà soutenu le « plan Juppé », non sans contradictions : « Le gouvernement a repris des revendications de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents