Trois affaires en une

L'affaire de l'Arche de Zoé est à double ou à triple fond. D'abord, il y a tout le drame humanitaire de ces gamins, en majorité tchadiens, et non soudanais, comme le prétendaient (ou le croyaient) les dirigeants de l'ONG et comme ils le faisaient croire aux familles d'accueil, dont il ne faut pas oublier non plus la détresse. Il y a aussi une affaire d'ONG, au mieux totalement irresponsable, qui risque de jeter injustement l'opprobre sur des associations qui, elles, respectent une éthique scrupuleuse.…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents