Trois jours avec les cheminots

À la gare de Lyon, le mouvement de grève a été l’occasion de débats intenses dans les bastions de SUD-Rail et de la CGT. Pas seulement
pour défendre les régimes spéciaux de retraite.

Mercredi 14 novembre : une AG avec la CGT 8 h 30, la gare de Lyon est quasi déserte. L'entrée du premier piquet de grève des agents commerciaux et administratifs ­ à peine visible et interdite d'accès au public ­ se situe en bas d'un escalier mal éclairé, dans la galerie des fresques, entre les guichets, tous fermés, et un magasin Sephora. Quelques syndicalistes sont assis sur les marches de l'escalier, tous de SUD-Rail. Pas de militants de la CGT. L'établissement « Exploitation voyageurs », que les…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Élections au Brésil : « Dégage, Bolsonaro ! », le cri des peuples de la forêt

Monde accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.