Un mal-aimé

Bernard Sobel met en scène une pièce méconnue du Soviétique Iouri Olecha.

Le Mendiant ou la mort de Zand est une pièce inachevée. Et c'est l'histoire d'un écrivain malheureux. On mesure combien Iouri Olecha (1899-1960) s'est projeté dans ce périple d'un poète mal-aimé par la société et rejeté par la femme adorée. Auteur longtemps approuvé par le régime, beaucoup édité, monté au théâtre et au cinéma, Iouri Olecha a cessé un jour de plaire. Il a vu ses nouveaux textes interdits et a fini comme un pauvre hère. Metteur en scène fidèle au communisme, dont il a fait sa philosophie, et…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le bac des uns et le bac des autres

Culture
par ,

 lire   partager

Articles récents