Une parole de haut vol

Le grand poème de Mahmoud Darwich, « Murale », incarné par Jean-Damien Barbin.

Les écrits du poète palestinien Mahmoud Darwich nous éblouissent par leur façon de faire entendre une vérité étale. C'est-à-dire jamais linéaire, limitée à une idée, à un slogan, mais ramassant dans ses mots une pensée riche de plusieurs bonheurs et de diverses sensations. Murale , que beaucoup considèrent comme son texte essentiel et qu'il écrivit en 1998, alors qu'il était entre la vie et la mort, est aujourd'hui transposé à la scène par le Libanais de Paris Wissam Arbache. Pour ce difficile pari, le…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents