Une peau de chagrin

Un budget en baisse, la création précarisée, l’action culturelle décimée, le désengagement de l’État est patent en matière de culture. Avant l’annonce des derniers arbitrages mi-décembre, les professionnels réagissent.

Au cours du mois de novembre, les cris d'alarme se sont succédé. De la part des directeurs d'opéras en région, des employeurs du spectacle vivant ­ tous réunis, publics et privés, une fois n'est pas coutume ­ et des organisations qui oeuvrent pour l'action culturelle cinématographique. Le propos est aisé à résumer : non aux baisses sévères de crédits qui se profilent. La ministre de la Culture, Christine Albanel, joue l'étonnement, avec un cynisme d'autant plus décomplexé que les derniers arbitrages, qui…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Au lycée, le SOS des SES

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.