Le goût du pays

Du Sud au Nord de l’Italie, un voyage gourmand qui montre aussi la réalité des migrations.

Il y a bien ce village de San Giorgio Morgeto, accroché au flanc d'une colline, les bâtisses dégringolant en cascade bigarrée. Il y a bien la cueillette des olives, la mamma qui repasse les chemises, la paysanne édentée au fichu noir et sa phrase implacable (« Il faut de la patience en ce bas monde ») . Il y a bien encore les poules, les reflets du soleil, les rayons tapissant briques et torchis. Et les posters du Calcio. Pourtant, en livrant les images d'une Italie actuelle, Alessandra Celesia ne tombe…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents