Carrés verts sur fond gris

Les parisiens se bousculent pour obtenir un bout de terre dans l’un des quarante-cinq jardins partagés de la capitale. L’occasion de réapprendre par la même occasion l’autogestion et l’art de vivre ensemble.

Depuis que les jardins partagés, parfois appelés jardins solidaires, ont commencé à coloniser la capitale, nombre de Parisiens réalisent que la nature n'est pas un mobilier urbain, un joli décor nettoyé et entretenu par des jardiniers qui grondent dès qu'un ballon fauche quelques fleurs. Avec une évidence que les plus citadins ont parfois oubliée : quand on plante ou sème, ça pousse. Parfois. Quand on ne plante ou sème pas, ça ne pousse pas, a priori . Mais d'autres choses peuvent sortir de terre, comme…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.