Ils ont signé l’appel du CNR

Politis  • 17 janvier 2008 abonné·es

Lundi, 103 députés et sénateurs de gauche avaient signé l’appel du Comité national pour un référendum, manifestant ainsi leur accord avec la principale affirmation du texte : « Les députés et les sénateurs ont le pouvoir d’imposer le référendum, en votant contre [la] révision de notre Constitution » en Congrès à Versailles. Parmi eux, 58 parlementaires socialistes, 2 députés apparentés et 2 sénateurs Verts (sur 5) rattachés au groupe socialiste au Sénat, ainsi que 2 des 3 députés Verts : Martine Billard (Paris) et Noël Mamère (Gironde).

44 députés PS (sur 186)
Sylvie Andrieux (Bouches-du-Rhône), Jean-Paul Bacquet (Puy-de-Dôme), Gérard Bapt (Haute-Garonne), Christian Bataille (Nord), Christophe Bouillon (Seine-Maritime), Thierry Carcenac (Tarn), Gilles Cocquempot (Pas-de-Calais), Marc Dolez (Nord), Jean-Paul Dupré (Aude), Philippe Duron (Calvados), Olivier Dussopt (Ardèche), Christian Eckert (Meurthe-et-Moselle), Martine Faure (Gironde), Hervé Féron (Meurthe-et-Moselle), Pierre Forgues (Hautes-Pyrénées), Valérie Fourneyron (Seine-Maritime), David Habib (Pyrénées-Atlantiques), Sandrine Hurel (Seine-Maritime), François Imbert (Haute-Garonne), Michel Issindou (Isère), Serge Janquin (Pas-de-Calais), Régis Juanico (Loire), Jean-Pierre Kucheida (Pas-de-Calais), Conchita Lacuey (Gironde), Jérôme Lambert (Charente), Catherine Lemorton (Haute-Garonne), Jean-Claude Leroy (Pas-de-Calais), Martine Lignières-Cassou (Pyrénées-Atlantiques), François Loncle (Eure), Jean Malot (Allier), Marie-Lou Marcel (Aveyron), Philippe Martin (Gers), Didier Mathus (Saône-et-Loire), Kléber Mesquida (Hérault), Jean Michel (Puy-de-Dôme), Didier Migaud (Isère), Alain Néri (Puy-de-Dôme), Marie-Line Reynaud (Charente), Marcel Rogemont (Ille-et-Vilaine), Patrick Roy (Nord), Jean-Louis Touraine (Rhône), Jacques Valax (Tarn), Michel Vergnier (Creuse), Alain Vidalies (Landes).

2 députés apparentés PS (sur 18)
Christian Hutin (MRC, Nord), Chantal Robin-Rodrigo (PRG, Hautes-Pyrénées).</>

14 sénateurs PS (sur 88)
Maryse Bergé-Lavigne (Haute-Garonne), Michel Charasse (Puy-de-Dôme), Pierre-Yves Collombat (Var), Michel Dreyfus-Schmidt (Territoire-de-Belfort), Josette Durrieu (Hautes-Pyrénées), Charles Gautier (Loire-Atlantique), Jean-Pierre Godefroy (Manche), Alain Journet (Gard), André Lejeune (Creuse), Jean-Luc Mélenchon (Essonne), Jean-Pierre Michel (Haute-Saône), Gérard Roujas (Haute-Garonne), Robert Tropeano (Hérault), André Vantomme (Oise).

2 sénateurs rattachés au groupe PS (sur 5 et 3 apparentés)
Alima Boumediene-Thiery (Verts, Paris), Jean Desessard (Verts, Paris).

Politique
Temps de lecture : 2 minutes

Pour aller plus loin…

« Développer toutes les mutineries contre la classe dominante »
Entretien 17 avril 2024 abonné·es

« Développer toutes les mutineries contre la classe dominante »

Peter Mertens, député et secrétaire général du Parti du travail de Belgique, publie Mutinerie. Il appelle à multiplier les mobilisations contre l’Europe néolibérale et austéritaire sur tout le Vieux Continent.
Par Olivier Doubre
« Les Écolos, c’est comme les pirates dans Astérix qui se sabordent eux-mêmes » 
Politique 12 avril 2024 abonné·es

« Les Écolos, c’est comme les pirates dans Astérix qui se sabordent eux-mêmes » 

À la peine dans les sondages pour les élections européennes, avec une campagne qui patine, le parti écologiste se déchire sur fond d’affaire Julien Bayou. La secrétaire nationale, Marine Tondelier, tente d’éteindre le démon de la division.
Par Nils Wilcke
« Il est presque sûr que des eurodéputés RN ont reçu de grosses sommes de la Russie »
Entretien 11 avril 2024 abonné·es

« Il est presque sûr que des eurodéputés RN ont reçu de grosses sommes de la Russie »

À deux mois des élections européennes, l’ONG internationale Avaaz part en campagne contre le parti de Jordan Bardella et Marine Le Pen dont les sulfureux liens internationaux sont inquiétants.
Par Michel Soudais
« La gauche de demain doit être soucieuse d’un rassemblement démocratique »
Entretien 10 avril 2024 libéré

« La gauche de demain doit être soucieuse d’un rassemblement démocratique »

Le professeur de science politique Philippe Marlière est coauteur d’un court ouvrage étrillant la classe politique française et interpellant six personnalités (dont Hollande, Macron, Mélenchon). Pour lui, la gauche doit se repenser si elle souhaite devenir majoritaire.
Par Lucas Sarafian