La grande évasion

La Halle Saint-Pierre propose à travers une centaine d’œuvres, d’Ernst à Chagall, une extraordinaire évocation de Varian Fry, agent secret qui organisa la fuite d’artistes et d’intellectuels entre 1940 et 1941.

Jean-Claude Renard  • 4 janvier 2008 abonné·es

Varian Fry n’a pas été rattrapé par l’histoire. Il l’a prise au collet. Quand il débarque à Marseille, en août 1940, Fry (1907-1967) est à peine âgé de 33 ans. Il est diplômé de Harvard, fricotant avec de petites revues politiques. Mais il n’arrive pas dans la cité phocéenne par hasard. Marseille est devenue un carrefour d’exilés, d’antifascistes, d’anciens des Brigades internationales, juifs ou pas, et l’un des

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Culture
Temps de lecture : 5 minutes