« La rétention glisse vers une logique d’internement »

À la veille de l’examen d’une directive européenne durcissant les conditions de rétention, Damien Nantes, de la Cimade*, revient sur les mouvements qui agitent plusieurs centres, et dénonce l’industrialisation du processus.

Où en sont les mouvements de protestation qui agitent les centres de rétention administrative du Mesnil-Amelot et de Vincennes ? Damien Nantes : Le mouvement qui a commencé au centre du Mesnil-Amelot la dernière semaine de décembre s'est d'abord calmé avec le transfert ou la libération de ses porte-parole. Il a repris le 1er janvier quand une vingtaine de personnes ont refusé de s'alimenter et ont manifesté à l'intérieur du centre. La vague de protestation a gagné les centres de Vincennes. Difficile de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents