L’art de se souvenir

Dans « Parc Sauvage » comme dans « Impératif catégorique », Jacques Roubaud joue – mais de manière très différente – sur les frontières du réel autobiographique et de la fiction.

Se méfier, toujours, des apparences. Jacques Roubaud publie deux livres qui, formellement, sont aux antipodes. L'un, Parc Sauvage , est un court récit linéaire, limpide et ramassé. L'autre, Impératif catégorique , s'inscrit dans l'oeuvre autobiographique entamée par l'auteur depuis des années, dont plusieurs « branches » ­ c'est ainsi qu'il les nomme ­ ont déjà été publiées 1. Comme les précédents, Impératif catégorique a un découpage singulier : il se compose d'une suite de paragraphes numérotés. Plus…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le bac des uns et le bac des autres

Culture
par ,

 lire   partager

Articles récents