Le grand embrouillamini

Faut-il nationaliser le scrutin ? La droite hésite. La gauche veut en faire un test face au gouvernement. Les alliances à la carte des socialistes contribuent à brouiller les pistes.

À six semaines des municipales, le gouvernement hésite sur sa stratégie. Début janvier, aux Antilles, François Fillon s'était fixé pour objectif de les « remporter » . Le 12 janvier, devant le conseil national de l'UMP, le Premier ministre avait assuré que son gouvernement serait « aux côtés » des maires dans la bataille. Mais, le lendemain, sur RTL, le même assurait que les municipales ne constituaient « pas du tout un test pour l'action du gouvernement » . Deux pas en avant, un pas en arrière. C'est à la…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents