« Le moratoire était possible depuis deux ans »

Le gouvernement a décidé vendredi d’un moratoire sur la culture du maïs OGM. Pour le biologiste Gilles-Éric Séralini*, c’est une conséquence du Grenelle de l’environnement, qui a changé les rapports de force.

Le Comité de préfiguration 1 s'est prononcé en faveur d'un moratoire sur la culture du maïs transgénique Mon 810 de Monsanto, au nom des risques environnementaux et sanitaires. Ses arguments n'étaient-ils pas connus de longue date ? Gilles-Éric Séralini : L'avis délivré par cette instance est une réévaluation de l'étude menée en 1998 par la Commission du génie biomoléculaire (CGB), qui avait alors conclu à son innocuité malgré des doutes scientifiques sérieux. Dans cette commission, j'avais demandé dès…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents