Quand Emmanuelli s’énerve

Michel Soudais  • 10 janvier 2008
Partager :

Henri Emmanuelli ne décolère pas depuis que Jean-Marc Ayrault, président du groupe socaliste à l’Assemblée nationale, a cru pouvoir annoncer, avec l’appui de François Hollande, que les parlementaires socialistes boycotteront la réunion du Parlement en Congrès à Versailles, le 4 février, qui doit réviser la Constitution et ouvrir la voie à une ratification parlementaire du traité de Lisbonne (voir mon précédent post).

Hier, le député des Landes écrivait à l’ensemble des parlementaires socialistes pour inviter tous ceux qui estiment que la «seule solution juridique» d’exiger un référendum est de «s’opposer à la révision constitutionnelle préalable qui doit avoir lieu à Versailles» à se retrouver mardi 15 janvier au Palais Bourbon pour «envisager les modalités de (leur) action et la faire connaître» . Aujourd’hui, le même a rendu publique sur son blog la lettre qu’il vient d’adresser à Jean-Marc Ayrault en réponse à son argumantaire en faveur du boycott. Une belle colère que je vous laisse découvrir en intégralité.

*«Je reçois ce matin, comme tous les membres du groupe, un argumentaire qui me laisse pantois.

» Expliquer aux camarades que notre position serait cohérente au motif que nous déposerions une motion référendaire (art. 12 du règlement de l’AN) après avoir « boycotté » le congrès de Versailles est tout de même un peu gros.

» Tu sais mieux que personne que compte tenu du rapport de force existant à l’Assemblée Nationale, cette motion n’a aucune chance, absolument aucune, d’être adoptée !

» Il s’agit donc d’ une proposition totalement factice visant à embrouiller les esprits et, au-delà, à tromper nos concitoyennes et nos concitoyens.

» Tu sais mieux que personne qu’ il n’y a qu’un moyen, et un seul, de ne pas laisser les mains libres à la manœuvre du Président de la République visant à dessaisir le peuple français de son pouvoir de décision et d’honorer, du même coup, notre engagement devant le peuple français en faveur du référendum : c’est d’empêcher l’aboutissement de la révision constitutionnelle à Versailles qui exige une majorité des 3/5 des votants présents !

» Je ne te cacherai pas que je vis difficilement cette manœuvre pitoyable : elle ne témoigne pas de beaucoup d’estime pour les facultés intellectuelles des membres du groupe et pas davantage pour nos concitoyens. Elle va, une nouvelle fois, contribuer à donner de notre groupe une image détestable et témoigne d’une conception de la politique sur laquelle je préfère ne pas m’étendre.

» Je te demande donc de renoncer à ce grossier stratagème et d’assumer tout simplement tes convictions. Si tu es hostile à la consultation du peuple français par référendum, va à Versailles et vote pour la révision constitutionnelle ! Tu pourras ensuite voter en faveur du traité européen à l’Assemblée et t’associer à la manœuvre souhaitée et voulue par le Président de la République : effacer par un vote parlementaire une décision prise par le peuple français, à laquelle les partisans du Oui ne se sont jamais résignés. Il ne te restera plus ensuite qu’à assister à l’intronisation par Monsieur Sarkozy de Tony Blair, co-auteur de l’invasion de l’Irak et ardent partisan de « la lutte du bien contre le mal », comme président de l’Union Européenne, au moment même ou les Etats-Unis se débarrasseront de Monsieur Bush.

» Ayant du mal à terminer cette réponse sur une telle perspective, je te demande de bien réfléchir : il est encore temps de faire marche arrière et de mettre un terme à ce processus désastreux en respectant nos engagements devant les millions de françaises et de français qui nous ont accordé leur confiance. Ils nous pardonneront un moment d’égarement et de trouble, mais pas de persévérer dans le déni de ce que nous sommes, tant il est vrai que dans « social-démocrate », il y a « démocrate ».»*

S’il n’y a pas une ligne à retirer à cette missive, on peut toutefois regretter qu’Henri Emmanuelli n’ai pas jugé utile de s’associer à la création puis aux initiatives du Comité national pour un référendum et feint d’ignorer qu’une bonne centaine de parlementaires (de toute la gauche) ne l’ont pas attendu pour se concerter sur la base de l’appel du CNR.

Temps de lecture : 4 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don