Retour de mémoire

Avec « Une guerre sans fin », Bertrand Leclair a écrit un roman nécessaire sur les mensonges et les ombres de la guerre d’Algérie, qui empoisonnent encore notre présent. Sans manichéisme ni relativisme. Mais riche en perspectives.

Christophe Kantcheff  • 4 janvier 2008 abonné·es

L'éditeur présente Une guerre sans fin, de Bertrand Leclair, comme son « premier roman au sens “conventionnel” du terme » , alors que l’auteur en a déjà publié quatre. Malgré la précaution des guillemets, il faudrait discuter de cette expression, « roman conventionnel », alors même que toutes les conventions du roman ont explosé (hormis commercialement, où le pire chromo prévaut toujours). Mais on devine à quoi elle fait allusion. Avec Une guerre sans fin , Bertrand Leclair aurait un grand sujet, et s’éloignerait de l’intimisme très autobiographique de ses romans précédents. Sans doute, même si tous sont traversés par ce « sujet » capital en littérature : celui de la langue. Mais c’est vrai, Bertrand Leclair raconte ici de fortes destinées qui

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Culture
Temps de lecture : 4 minutes