Retour de mémoire

Avec « Une guerre sans fin », Bertrand Leclair a écrit un roman nécessaire sur les mensonges et les ombres de la guerre d’Algérie, qui empoisonnent encore notre présent. Sans manichéisme ni relativisme. Mais riche en perspectives.

L'éditeur présente Une guerre sans fin, de Bertrand Leclair, comme son « premier roman au sens “conventionnel” du terme » , alors que l’auteur en a déjà publié quatre. Malgré la précaution des guillemets, il faudrait discuter de cette expression, « roman conventionnel », alors même que toutes les conventions du roman ont explosé (hormis commercialement, où le pire chromo prévaut toujours). Mais on devine à quoi elle fait allusion. Avec Une guerre sans fin , Bertrand Leclair aurait un grand sujet, et…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Au lycée, le SOS des SES

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.