Au risque de l’affrontement

En encourageant la proclamation unilatérale d’indépendance de l’ancienne province serbe, l’Union européenne et les États-Unis ont rouvert la boîte de Pandore des Balkans.

Discrètement, quelques dizaines de Cosaques appartenant aux régiments d'Omsk et d'Irkoutsk, en Sibérie, viennent d'arriver à Belgrade et surtout à Mitrovica, l'enclave serbe du Kosovo. Trois ou quatre d'entre eux montent la garde à la sortie du pont qui coupe la ville en deux, face aux forces françaises qui veillent à l'autre extrémité. Ils ont été mêlés à l'attaque des postes frontières du Kosovo il y a quelques jours. Dans le passé, les Cosaques, combattants de l'Orthodoxie et supplétifs au statut mal…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.