Des réfugiés bien politiques

Le retour des exilés après dix-neuf ans d’éloignement ne fait consensus qu’en apparence, et l’opération pourrait déstabiliser le gouvernement mauritanien.

C'est un abcès crevé après dix-neuf ans d'empoisonnement de la vie, en Mauritanie. La querelle d'avril 1989 entre éleveurs mauritaniens et cultivateurs sénégalais, à la fin d'une rude saison sèche aux abords du fleuve Sénégal, aurait pu se solder par deux morts, les premiers. La vendetta en fera une soixantaine, car les politiques en décident autrement, jetant de l'huile sur le feu. En Mauritanie, l'autocrate Taya, pour conforter un pouvoir menacé, cède aux sirènes des nationalistes maures lui enjoignant…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Au lycée, le SOS des SES

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.