La fin d’un exil inique

Chassés par dizaines de milliers de leur pays après les massacres de 1989 sur les rives du fleuve Sénégal, les Peuls mauritaniens ont entamé avec prudence leur retour officiel. Reportage.

Joyeux branle-bas sur la rive gauche du fleuve Sénégal. En gilet azur, le personnel de l'agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR) virevolte autour d'une dizaine de camions, distribuant formulaires, fiches et consignes. Sous les bâches, une centaine de réfugiés mauritaniens, avec quelques matelas et une dizaine de chèvres, attendent patiemment l'exécution d'une kyrielle de formalités avant d'embarquer pour leur pays. Mardi 29 janvier, grâce à un accord entre la Mauritanie, le Sénégal et le HCR,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Au lycée, le SOS des SES

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.