Mal-logés mal lotis

Les propositions de François Fillon en direction des sans-abri
et des mal-logés manquent d’ambition financière et politique.
À un mois des municipales, la mollesse l’emporte sur l’urgence.

Ingrid Merckx  • 7 février 2008 abonné·es

Ne plus condamner à la rue » : le message est passé. Jusqu'à Matignon, où François Fillon avait chargé, le 19 décembre, le député (UMP) Étienne Pinte d'une mission sur les sans-abri et les mal-logés. Le second devait remettre un plan d'action au premier en vue du lancement d'une politique publique ciblée. Ce qui fut fait le 29 janvier. Mais la copie du Premier ministre est très en deçà de celle de son député [^2] et, surtout, des treize engagements rendus publics par le front associatif le 7 janvier (voir Politis n° 985). Pourtant, le rapport de force

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société
Temps de lecture : 5 minutes