Butors à plumes

« Les Parenthèses orphelines », une farce hilarante de Danièle Sallenave sur les écrivains.

Rien de tel que le moment où un romancier qui passe pour « sérieux » décide de ne plus l'être. C'est ce qui se produit avec la pièce les Parenthèses orphelines de Danièle Sallenave. L'auteur de Castor de guerre avait, naguère, écrit une comédie sur le couple, mais, dans cette nouvelle farce, elle se moque de ses doubles, de ses frères : les écrivains. Pas les grands, cachés dans leurs doutes et leurs modesties. Mais les autres, paradant dans leurs vanités et leurs arrogances. A et Bsont à table. Ils…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents