« Deux fers au feu »

Le parti d’Olivier Besancenot, mieux implanté qu’en 2001, veut avoir des élus. Il expérimente aussi les contours du nouveau parti anticapitaliste qu’il veut lancer.

Olivier Besancenot ne conduit aucune liste. Il n'est pas non plus candidat. Mais, signe de l'importance que la LCR accorde aux municipales, le porte-parole de la LCR a pris un congé sans solde pour sillonner la France et soutenir les quelque 200 listes présentées ou soutenues par la Ligue. Un record qui atteste l'implantation croissante de la LCR après les scores encourageants de son candidat aux présidentielles de 2002 (4,2 %) et de 2007 (4,1 %). Pour mémoire, la formation trotskiste n'avait présenté que…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents