Les otages sacrifiés

Retour sur les circonstances de la mort du numéro deux des Farc et ses conséquences sur le sort d’Ingrid Betancourt.
Les États-Unis sont-ils impliqués dans l’opération ?

L'ambassadeur de France en Équateur l'a laissé entendre quelques jours après la mort de Raul Reyes, le numéro deux des Farc : Paris savait que le négociateur des rebelles avait établi un camp provisoire en territoire équatorien, en contact étroit avec la France et les gouvernements équatorien et vénézuélien. Tout simplement parce que la libération d'Ingrid Betancourt et de dix autres otages était imminente. Le détachement présent sur le territoire équatorien, expressément autorisé par les émissaires du…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.