Un déclin persistant

Pour les communistes, les municipales et cantonales ne sont certes pas catastrophiques, mais ils ne parviennent pas à enrayer leur récession électorale.

Soulagement et satisfaction sont les deux sentiments affichés place du Colonel-Fabien après les élections municipales et cantonales. Après deux terribles reculs aux élections présidentielles de 2002 (3,3 %) et 2007 (1,9 %), le PCF craignait de disparaître d'un grand nombre de villes et de départements. Le 9 mars, au soir du premier tour, les responsables communistes pouvaient au contraire se féliciter de la reconduction de leurs équipes municipales dans 57 villes de plus de 9 000 habitants et de la…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents