Des travailleurs comme les autres

Les travailleurs sans papiers d’Île-de-France, et notamment du restaurant du Café de la Jatte à Neuilly, sont en grève illimitée. Ils exigent d’être régularisés et considérés comme des salariés normaux. Reportage.

Jean-Baptiste Quiot  • 24 avril 2008 abonné·es

exploitation des travailleurs sans-papiers, c’est un peu comme les secrets de famille : tout le monde le sait, mais tout le monde fait comme si de rien n’était. « Avant qu’il soit élu président, Nicolas Sarkozy venait tous les dimanches déjeuner ici. Il nous connaissait tous et nous disait à chaque fois bonjour » , révèle Souleymane, 43 ans, cuisinier sans papiers du très chic Café de la Jatte.

Deux travailleurs à la plonge chez US Passion Traiteur, à Colombes. Pierre Espardeillé

Situé sur l’île de la Jatte, à Neuilly, ce restaurant emploie dans ses cuisines, depuis de nombreuses années, dix travailleurs sans papiers originaires du Mali. Et il accueille souvent la famille UMP. « C’est même ici qu’a eu lieu la première réunion en faveur de David Martinon pendant les dernières élections municipales. Ce jour-là, on a servi 390 couverts » , se souvient en

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 6 minutes