Fantaisies métissées

Richard Demarcy revisite « Alice au pays des merveilles » avec chaleur et poésie.

Le Grand Parquet, c'est un parquet de bal avec un toit ! Autour, le désordre tumultueux du nord de Paris, les chantiers de la porte de la Chapelle et, surtout, la rue du faubourg Saint-Denis, plus indienne qu'une artère de Bombay ! Il y a là les Bouffes du Nord de Peter Brook, indiennes aussi à leur façon, mais si chic, si bien dotées, tournées vers l'élégant public cultivé ! Le Grand Parquet, c'est tout le contraire. Ça brinquebale tout en résistant aux tempêtes, et accueille le public le plus métissé et…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Extinction Rebellion sonne la révolte en France

Écologie accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents