Martin Hirsch s'accroche

Martin Hirsch n'entend pas quitter ses fonctions. Malgré les déclarations de Nicolas Sarkozy à Cahors, le 8 avril, indiquant qu'il faudrait «calibrer» le revenu de solidarité active (RSA) «en fonction des disponibilités financières de l'État» , l'ancien président d'Emmaüs, qui était entré au gouvernement pour mettre en oeuvre ce dispositif destiné à garantir aux bénéficiaires de minima sociaux l'augmentation de leurs revenus lorsqu'ils prennent un travail, s'accroche. «Il n'y a pas d'esthétique de la…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.