Beyrouth en rouge

Darina Al Joundi conte sa vie dans « Le jour où Nina Simone a cessé de chanter ». Avec une impudeur joyeuse et une folle liberté.

Un rectangle a été dessiné sur la scène. Comme si l’actrice sur le plateau n’avait pas le droit de franchir ces limites. Mais, à l’intérieur du cadre, celle-ci ne se prive pas du droit de parler et d’exister dans toute la force de sa personne, belle et passionnée. Darina Al Joundi conte sa vie dans Le jour où Nina Simone a cessé de chanter. Pourquoi cette allusion à l’interruption d’un chant de l’artiste américaine ? Parce que la fête s’est arrêtée à Beyrouth quand le Liban a perdu le secret de sa…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le bac des uns et le bac des autres

Culture
par ,

 lire   partager

Articles récents