Déjà plus de 5 900 signataires !

Notre appel « Organisons l’alternative à gauche » rencontre un réel enthousiasme, qui traduit une volonté d’unité des forces de contestation sociales et écologistes.

Michel Soudais  • 26 mai 2008
Partager :
Déjà plus de 5 900 signataires !

Pour consulter l’appel, en débattre et nous faire part de vos idées et propositions d’action, cliquez ici

Pour signer l’appel, connectez-vous sur : www.appel-a-gauche.org

*Pour tout problème ou renseignement : contact@appel-a-gauche.org

Pour envoyer des lots de signatures collectées : signatures@appel-a-gauche.org*


Mercredi 28 mai, l’appel à organiser l’alternative à gauche, lancé le 15 mai dans nos colonnes, avait été signé par plus de 5 900 personnes. Dans le « mode d’emploi » de ce texte, Denis Sieffert évoquait alors la chaleur et parfois l’enthousiasme avec lesquelles avait été accueillie la démarche de Politis. « Nous en déduisons que c’était le moment », écrivait-il. Ce qui n’était alors qu’une impression, ressentie lors de contacts avec les primo-signataires, ne s’est pas démentie.
En vingt-quatre heures, notre appel volontairement pluraliste et ouvert avait déjà recueilli un millier de signatures sur le site Internet spécialement créé . Le 15 mai, il n’était pas rare d’apercevoir, dans la manifestation des fonctionnaires et des lycéens, des manifestants arborant Politis ou s’adonnant à sa lecture dans le cortège entre les places ­d’Italie et de la République. Des milliers de tracts ont été diffusés lors de cette journée de mobilisation, à Paris et aussi en province, ainsi que lors du défilé des défenseurs de l’école, dimanche. À chaque fois, ce fut le même accueil.

Illustration - Déjà plus de 5 900 signataires !

Dans la manifestation des fonctionnaires et des lycéens, jeudi 15 mai, à Paris.
Michel Soudais

Ce succès encourageant traduit une double attente. D’abord l’aspiration à l’unité des forces de contestation sociales et écologistes. Malgré l’incapacité des antilibéraux à s’entendre sur une candidature unitaire antilibérale et leur dispersion dans les élections présidentielle et législatives, le reflux des « collectifs » qui s’étaient constitués autour de cet objectif, sans oublier la ratification parlementaire d’un traité de Lisbonne, simple resucée du traité constitutionnel rejeté par référendum en 2005, qui est une conséquence indirecte de la division de 2007, la flamme unitaire n’est pas éteinte. C’est une bonne nouvelle.
Ensuite, l’espoir de voir enfin s’affirmer sur la scène politique et électorale une ­gauche de gauche capable de relayer dans les urnes et les institutions la contestation des mouvements sociaux, des luttes écologistes et féministes, et des combats altermondialistes. Capable non plus seulement d’agir en contre, mais de porter haut et fort des propositions alternatives. Ce projet n’est certes pas nouveau, et dans les nombreuses réactions suscitées par l’appel, ­notamment sur notre site Internet, certains ont rappelé les précédentes ­tentatives de recomposition de la gauche depuis la candidature de Pierre Juquin en 1988. Qu’en vingt ans aucune n’ait abouti dit autant la difficulté de l’entreprise que sa nécessité. À l’heure de la contre-réforme conservatrice et libérale conduite par Nicolas Sarkozy, alors que la perspective d’une vie meilleure recule dans les classes populaires et que la gauche est menacée de disparition – comme le montre le résultat des élections italiennes –, il n’est plus temps de tergiverser. Ni de se diviser.
L’examen des signataires montre que ce message, cette injonction même, est largement partagée. Les signataires, dont nous ne donnons ci-contre qu’un modeste aperçu, se recrutent dans tous les départements, à l’unique exception (ce mardi) des Ardennes. Et si les Franciliens y sont nombreux, le bataillon des militants des Bouches-du-Rhône dépasse celui des Parisiens [^2]. On nota aussi une forte représentation du Rhône, de l’Isère ou de l’Hérault. Ils exercent toutes les professions : enseignants, fonctionnaires, employés, ouvriers, techniciens, cadres, ingénieurs, médecins, artistes, étudiants, chômeurs, retraités… Se présentent comme citoyens ou déclarent un engagement syndical, associatif ou politique.
Si les communistes dans leur grande diversité et les militants des collectifs unitaires antilibéraux sont nombreux à s’être saisis de l’appel, toutes les variétés d’engagement figurent parmi les signataires, dessinant un éventail qui va de la gauche du PS à la LCR. On y note la présence de quelques élus : Robert Bret, sénateur communiste, Jacqueline Fraysse, députée de Nanterre, des conseillers régionaux (Jean Brafman, Yves Gueidon, Benoît Leclair, Philippe Leclercq…) et généraux, des maires, adjoints et conseillers municipaux. Certains signataires ont conduit des listes aux municipales, parfois soutenues par la LCR. C’est le cas d’Armelle Chevassu à Marseille, de Thierry Brulavoine, militant de la décroissance, à Saint-Nazaire.

Au-delà des signataires, l’appel ne laisse pas indifférent. « Je ne signe jamais d’appel public, car cette démarche est toujours interprétée » , s’est excusé le député communiste André Chassaigne, en marge d’un entretien avec Patrick Piro, en invoquant aussi la préparation du congrès du parti communiste. Néanmoins, le président de l’association des élus communistes et républicains convient que « l’appel à un rassemblement pour une vraie gauche ne peut être que positif et aller dans le bon sens » . Il n’a « rien à redire à son contenu, notamment sur le risque du bipartisme » . Mais insiste sur l’importance dans toute lutte des « acteurs de terrain ». C’est-à-dire de ceux-là mêmes qui constituent l’immense majorité des 4 000 signataires.

[^2]: Dans ce département où un appel au rassemblement a été lancé début avril, les suites locales à l’appel porté par Politis seront discutées lors d’une réunion, le 26 mai, à Aubagne.


Parmi les nouveaux signataires…

Étienne Adam (14), Martine Alcorta (33), Olivier Agullo (13), Gilles Alfonsi (93), Louis Aminot (29), Michel Angot (75), Mouloud Aounit (93), Geneviève Azam, Patrick Appéré (29), Armand Bacca (31), Jean Bachèlerie (75), Myriam Bachir (80), Gérard Badéyan (92), Denis Ballini (30), Tarek Ben Hiba (91), Gilles Bénard (75), Catherine Bernard (92), Geneviève Blanc (30), Gérard Blanchet (63), Brigitte Blang (57), Olivier Bonnet (13), Paul Bouffartigue (13), Delphine Bouffénie (44), Jean Brafman (93), Robert Bret (13), Gérald Briant (75), Thierry Brulavoine (44), Robert Castel, Christophe Cavard (30), Alain Chetaille (75), Marie-Pascale Chevance-Bertin (75), Armelle Chevassu (13), Éric Chopard (75), François Cocq (94), Francis Combes (93), Anne Coppel (75),Amaury Couderc (91), Pierre Cours-Salies (93), Philippe Crottet (77), Daniel Dalbéra (75), Francis Daspe (33), Bruno Della Sudda (06), André Deluchat (94), Monique Dental (75), Daniel Deriot (71), Richard Dethyre (94), Hayat Dhalfa (93), Jean-François Drain (56), Joss Dray (75), Joëlle Dugas-Ellert (75), Vincent Duguet (93), Yvan Dupont (50), Frédéric Dutoit (13), Didier Epsztajn (75), Vincent Espagne (34), Jean-Claude Eyraud (05), Christophe Faverjon (42), Nadja Flank (30), Bernard Floris (38), Daniel Fontaine (13), Stéphane Fouéré (72), Olivier Frachon (94), Paule Frachon (94), Jacqueline Fraysse (92), Bertrand Geay (86), Pierre Goldberg (03), Serge Goldberg (17), Serge Grossvak (95), Janine Guespin (76), Yves Gueydon (63), Bernard Guibert (75), Vève Guinot (13), Philippe Haumont (93), Jean-Paul Hébert (76), Antoine Hollard (13), Philippe Isnard (13), Jean-Marc Jacquot (75), Rémy Jean (13), Anne Jollet (75), Jacques Julien (43), Michèle Kiintz-Tailleur (35), Charles Ladent (59), Alain Ladrange (89), Alain Lance (75), Bernard Langlois (23), Pierre Laporte?(93), Sylvie Larue (35), Patricia Latour (93), Jacques Le Bohec (13), Hervé Le Crosnier (14), Benoît Leclair (73), Patrice Leclerc (92), Philippe Leclercq (54), Jean-Claude Lefort (94), Christian Lehmann (78), Dominique Leseigneur (35), Jean-Marc Lespade (40), Xavier Lhomme (33), François Longérinas (75), Mario Luzzati (91), Bernard L’hostis (44), Olivier Madaule (93), Benoist Magnat (84), Marc Mangenot (93), Xavier Marchand (34), Henri Merme (75), Isabelle Métral (38), François Meyroune (89), Daniel Mino (74), Gilles Monsillon (95), Laurent Mucchielli, Michel Naudy (75), Didier Paillard (93), Jacques Passerat (31), Jean-François Pellissier (75), Gérard Perreau Bezouille (92), Évelyne Perrin (94), Sylvie Pille (13), Bruno Piriou (91), Vincent Porelli (député honoraire), Pierre Quay-Thevenon (93), Yvan Quintin (15), Luc Quinton (38), Claude Ramin (13), Sylvia Ramos (33), Jean-Paul Ravaux (93), Jean-Louis Ribeira (13), Paul Rigaud (75), Daniel Rome (93), Michel Rousseau (75), Francis Sitel (75), Mylene Stambouli (75), Philippe Stirlin (75), Michel Surya?(75), Jean Tailleur (35), Jean-Michel Tarrin (92), Marcel Tassy (13), Jacques Testart (92), Jean Tortrat (77), Slimane Toudert (83), José Tovar (93), Catherine Tricot (93), Anne Tuaillon (38), Jérôme Vidal (75), Monique Vidal (92), Paul Violet (75), Marinette Volpini (13), Pierre Volpini (13), Serge Vray?(42), Louis Weber (77), Malika Zédiri (94), Myriam Zerkaoui (38).

Politique
Temps de lecture : 7 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don