Du pin et un toit

Sonia Kichah filme le relogement d’ouvriers tunisiens qui vivaient en bidonville depuis quarante ans.

Cassis. Le joli bord de mer ensoleillé au bout des pinèdes, des brassées de thym et de romarin. Ses petites routes escarpées qui cherchent la bonne pente, dégringolent en cascade sur les plages privées. Ou ailleurs. Un ailleurs moins reluisant, sans artifice, sans paillettes. Âpre et discret, dissimulé aussi. Les Oubliés de Cassis se veut une histoire, celle d’un village sans nom. Un village muet, sans enfants, sans femmes. Épargné par le bruit, les piaillements, les jeux de mômes, les turbulences…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.