Fragments d’un discours ouvrier

Xavier Vigna publie un ouvrage imposant sur « l’insubordination ouvrière dans les années 68 », comme un cinglant démenti aux nombreuses présentations de cette période qui se limitent au mouvement étudiant.

Bas salaires, autoritarisme sans complexe des cadres et des dirigeants, racisme, sexisme allant parfois jusqu’au droit de cuissage, mauvaises conditions de travail, logements délabrés, voire insalubres, bidonvilles pour les travailleurs immigrés… La liste est longue de ce qui constitue l’envers peu reluisant des Trente Glorieuses, ces années fructueuses qui ont vu le développement du capitalisme français et l’enrichissement du pays. C’est là, en creux, l’un des enseignements de l’imposant essai d’histoire…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.