« Le Hezbollah a voulu donner un coup de semonce »

Journaliste, auteur de « Liban, chroniques d’un pays en sursis », René Naba* propose ici une lecture des événements très différente de celle qui l’emporte dans les médias occidentaux.

Le Hezbollah n’a-t-il pas commis une erreur en sacrifiant son principal argument dans la société libanaise : nous tournons nos armes contre Israël, mais jamais contre d’autres Libanais ? René Naba : Non, pas vraiment. Sous peine de paralysie, il ne pouvait subir passivement l’agenda imposé par ses adversaires, impulsé par les Américains et les Saoudiens, et se laisser grignoter progressivement. Depuis l’offensive déclenchée en Irak contre Moqtada Sadr, le chef religieux chiite, en avril 2008, le Hezbollah…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents