Le libéralisme décomplexé

En se revendiquant « libéral », Bertrand Delanoë affranchit le discours des socialistes. Avec d’autant plus de facilité que la gauche du PS reste dispersée.

Élisabeth Guigou est «heureuse», et le dit sans détour. Elle est «heureuse que Bertrand Delanoë ait jeté le pavé dans la mare sur la question du libéralisme». Samedi, à la Mutualité, où le maire de Paris avait réuni ses premiers soutiens en vue du congrès du PS, plusieurs intervenants ont tenu, comme l’ancienne ministre, à féliciter leur champion et à lui dire «merci» pour avoir osé se définir «libéral et socialiste». Tout en craignant que cette annexion du «libéralisme» ne parasite les comptes rendus de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.