Liban : fin de crise

Denis Sieffert  • 29 mai 2008 abonné·es

La crise durait depuis dix-huit mois. Depuis dix-huit mois, le Liban était, nous disait-on, dans l’impossibilité d’élire un nouveau président par la faute de l’opposition pro-syrienne. L’affaire s’était aggravée le 24 novembre dernier lorsque le mandat du président Émile Lahoud, estampillé «pro-syrien» dans notre vade-mecum médiatique, est arrivé à son terme. Le pays a alors plongé dans un vide institutionnel comme il n’en avait encore jamais connu. Puis, comme par miracle, le ciel s’est soudain éclairci la semaine dernière à l’issue d’une conférence de cinq jours à Doha. Dimanche, Michel Sleimane, chef d’état-major de l’armée, et candidat depuis longtemps consensuel, a été élu président à

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)

Une analyse au cordeau, et toujours pédagogique, des grandes questions internationales et politiques qui font l’actualité.

Temps de lecture : 4 minutes