Pressions américaines

Les grandes options stratégiques ne s’en trouvent pas bouleversées. Mais il arrive que la chicanerie s’installe entre les États-Unis et Israël. C’est le cas ces jours-ci. George Bush voudrait bien obtenir au moins une apparence de résultat sept mois après la conférence d’Annapolis. Mais il se heurte au refus d’Israël. Condoleezza Rice demande pourtant peu : la levée des barrages « qui gênent gravement la circulation des Palestiniens » . C’est encore trop. Du coup, la secrétaire d’État « menace » d’envoyer…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.