Sans-papiers manipulés

Le gouvernement manœuvre pour étouffer le mouvement de grève des salariés sans papiers, notamment en considérant la CGT comme unique interlocutrice.

La CGT est devenue en quelques jours la cible du gouvernement et des collectifs parisiens de sans-papiers dans le mouvement de grève des salariés sans papiers. Seule confédération syndicale à s’impliquer dans ce mouvement, la CGT est désormais l’organisation par qui tout passe et tout se décide, aux dires de certaines préfectures et du Premier ministre, qui a adressé, le 6 mai, une lettre à son secrétaire général, Bernard Thibault, abondant dans ce sens. « Que le gouvernement ne s’y trompe pas, prévient…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.