Au nom de la sécurité alimentaire

Le spectre de la crise alimentaire est utilisée aussi bien par les tenants d’une libéralisation des marchés agricoles que par les tenants du maintien de la PAC.

Le hasard du calendrier fait parfois bien les choses. À mi-chemin entre deux réformes de la PAC, l’Union européenne doit procéder cette année à un «bilan d’étape» susceptible de réorienter la réforme de 2003 dès l’an prochain, avant la définition d’un nouveau cadre budgétaire et d’une nouvelle politique en 2013. Pour Nicolas Sarkozy, qui annonçait lors de la campagne présidentielle son intention de «rouvrir le dossier» de la PAC «avec l’objectif de garantir l’indépendance alimentaire de l’Europe […] mais…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Depuis 2018, on « revient à l’école de l’ordre, plus verticale »

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.