Carla « bosse », c’est Le Point qui le dit

Michel Soudais  • 7 juin 2008
Partager :

Sarkozy par ci, Sarkozy par là. Les hebdomadaires nous en donnent à tire-larigot. Monsieur et Madame font la Une de l’Obs , qui nous dévoile l’Opération reconquête de l’Elysée. Jean, le fiston, fait celle de VSD pour illustrer un phénomène: «Les héritiers (…) ont pris le pouvoir.» L’Express « enquête sur les caprices de Rachida Dati» . Vous pensez que ça change un peu des tribulations de la smala présidentielle? Eh bien pas tout à fait. D’abord parce que l’hebdo de Christophe Barbier se demande si Sarkozy va «la lâcher» . Ensuite parce que cette enquête nous apprend que Rachida «qui avait pris l’habitude d’appeler le président au petit matin (bel exemple des «Français qui se lèvent tôt») pour solliciter son avis a été reçue fraîchement par Carla Bruni» . «Maintenant, Nicolas est marié, il ne faut pas lui téléphoner si tôt» , lui aurait-elle expliqué «gentiment mais fermement» . De la grande investigation politique…

C’est finalement Le Point qui fait le lien. «Rachida , y lit-on, a mal vécu l’arrivée de Carla, et non l’inverse. Avant elle, elle était la star des femmes ministres. Aujourd’hui, elle a perdu son rang.» Bref l’Elysée, c’est la cour de Zebulon 1er et «Dallas» réunis. Et les news réputés les plus sérieux se transforment en gazettes des têtes couronnées.

On bosse à la cour!

Dans cette grande mutation de la presse, l’hebdo de Claude Imbert et de Franz-Olivier Giesbert vient de prendre une longueur d’avance. Après nous avoir tout dit (du moins on espère) sur « Sarkozy et les psys» , la semaine dernière, Le Point fait sa cover sur l’épouse du président. Attention, pas sur la «Première dame de France»! L’expression n’a plus cours. Trop vieillotte sans doute. Pour nos confrères, Carla Bruni-Sarkozy est «La Présidente». Joli scoop[^2]. Que je sache, celle-ci n’a pas été élue le 6 mai 2007. Elle ne chantait même pas sur la scène de la place de la Concorde avec Mireille Mathieu. On pourrait donc devenir président par mariage? Décidemment on nous cache tout… Je savais que les parlementaires discutaient d’une réforme des institutions, mais il m’avait échappé que le président de la République était désormais flanqué d’une présidente (en attendant de voir une présidente et son président de mari). On n’est jamais assez attentif.

Mais le meilleur (ou le plus pathétique, c’est selon) se trouve encore dans les pages intérieures. Moins dans le récit que le journaliste Saïd Mahrane donne de son «rendez-vous avec Carla» que dans la photo censée illustrer cette rencontre.
J’écris «censée» car j’ai bien lu que mon collègue avait rencontré Mme Sarkozy dans son hôtel particulier parisien, alors que le cliché, lui, a été pris dans les appartements privés de l’Elysée. La mise en scène saute aux yeux.
– La photo a été prise par on ne sait qui: elle est crédité « DR », abréviation de « droits réservés », ce qui signifie qu’elle a très bien pu être fournie par Carla Bruni elle-même ou le service de communication de l’Elysée [^3].
– La légende qui l’accompagne est certes conforme au discours d’un Sarkozy soucieux de réhabiliter le travail, mais qui peut croire que Madame «bosse tout le temps» ? Notez qu’elle ne travaille pas, elle bosse! Comme les ouvriers, les employés… Mais vous en connaissez beaucoup des gens qui triment comme ça, toute la journée, sur la table basse de leur salon, les genoux pliés sur une moquette épaisse?

Allons un peu de sérieux! Quand je regarde ce cliché, je ne peux pas m’empêcher de penser que Jean-Marie Perrier aurait pu faire le même au début des années 60 avec Françoise Hardy en plein travail d’écriture. Il serait paru dans Salut les copains . Le monde a changé. Aujourd’hui, c’est Le Point qui salue (bien) les copains de l’Elysée.


[^2]: Je passe sur le P majuscule, Guy Birenbaum l’a déjà relevé.

[^3]: Est-il besoin de rappeler que Catherine Pégard, qui a fait l’essentiel de sa carrière au Point , où elle était rédactrice en chef, est depuis mai 2007 conseillère du président de la République?

Temps de lecture : 4 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don